La parole au… Pr. Henri Bismuth, Président Honoraire de l’Académie Nationale de Chirurgie

Home/La parole à .../La parole au… Pr. Henri Bismuth, Président Honoraire de l’Académie Nationale de Chirurgie

La parole au… Pr. Henri Bismuth, Président Honoraire de l’Académie Nationale de Chirurgie

Alors que Paris vient de traverser un épisode très important de pollution, nous publierons aujourd’hui un texte du Pr. Henri Bismuth, Président Honoraire de l’Académie Nationale de Chirurgie, qui prend la forme d’un plaidoyer pour la mise en place d’actions efficaces contre la pollution de l’air due au trafic urbain.

Précurseur et expert international reconnu dans le domaine Hépato-Biliaire, le Pr Henri Bismuth fut dans les années 70, l’un des rares Chirurgiens dans le monde et parmi les premiers en France à lancer un programme de transplantation hépatique.

En 1993, il crée le Centre Hépato-Biliaire de l’Hôpital Paul Brousse à Villejuif – un Institut innovant dédié à toutes les maladies du foie. Sa vocation est de développer la prise en charge globale des malades ayant une affection du foie et des voies biliaires par la réunion de tous les moyens diagnostiques et thérapeutiques au sein d’un même Centre et par la même équipe multidisciplinaire. Premier Centre de Transplantation en France et parmi les premiers en Europe, il bénéficie d’une notoriété nationale et internationale.

Tout au long de sa carrière, Henri Bismuth a contribué à créer et à développer de nouvelles techniques de transplantation du foie avec notamment la technique du foie partagé permettant de transplanter deux malades avec un seul foie. Il a aussi transmis son savoir-faire en formant des Chirurgiens venant d’Europe, d’Amérique du Sud, d’Afrique, du Moyen Orient et d’Asie.

Président de l’Académie Nationale de Chirurgie, Henri Bismuth est Docteur Honoris Causa des Université de Turin, Porto, Coimbra, Varsovie, et Membre d’Honneur de l’American College of Surgeons, de l’American Surgical Association et de nombreuses Sociétés Savantes internationales.

Pour une diminution réelle de la pollution de l’air due au trafic urbain

L’influence nocive de la pollution de l’air dans les villes est certaine et grave. Près de 1 décès sur 15 est du à cette pollution chez ceux qui résident à proximité des voies de grande circulation dans la ville.

Henri-Bismuth-1

De nombreuses études ont montré que l’exposition chronique aux particules suspendues dans l’air ont un impact à long terme sur la fréquence et sur la mortalité des maladies respiratoires et cardiovasculaires. Dans les villes, une partie importante, environ 50%, est due au trafic automobile En 2011, un rapport (APHEKOM) étudiant la pollution de l’air dans 25 villes de 12 pays européens concernant 39 millions de citadins a montré que l’exposition aux particules fines au dessus de 10 microgrammes par m3 (norme européenne) était responsable de 19 000 morts dont 15 000 par maladies cardio-respiratoires: épisodes de bronchite chez des enfants asthmatiques, bronchite chronique, maladies cardiovasculaires chez des sujets âgés, maladies coronariennes et infarctus du myocarde. Les 60 experts ont montré que si on abaisse la pollution de l’air dans ces villes au niveau normal, on pouvait obtenir un gain de l’espérance de vie, pour les personnes de plus de 30 ans, entre 2 à 22 mois selon les villes : de 4 mois à Toulouse à 18 mois à Marseille. L’étude économique est aussi accablante : le surcoût en dépenses maladies à été évalué à 31,5 milliards d’euros par an pour les villes étudiées.

Henri-Bismuth-2

Une autre étude tout récemment publiée (Lancet du 9 décembre 2013) vient confirmer ces faits (étude Escape). Sur une population de 367000 personnes habitant dans 22 villes de 13 pays européens (dont la France), le lieu de résidence à proximité de voies de trafic intense et jusqu’à 100 mètres de ces voies était responsable par l’exposition à long terme aux particules polluantes d’une augmentation de près de 7% de morts de cause naturelle. En effet, les maladies dues à la pollution de l’air se confondent avec les maladies respiratoires et cardiovasculaires (et les cancers) causes habituelles de mortalité.

L’UE a depuis plusieurs années décidé d’agir. Elle menace les pays qui n’améliorent pas la qualité de l’air de leur villes d’astreintes considérables: une astreinte de 150 000€ à 300 000€ par jour. Pour la France, une amende record de plusieurs dizaines de millions d’euros serait à payer en 2014.

Face à cette situation, que faire?

Des mesures ont été prises dans divers pays visant à diminuer le trafic automobile dans les villes: péage pour l’entrée de la voiture, restriction de circulation des voitures les plus polluantes (diesel), circulation alternée, covoiturage et plus récemment promotion de la voiture électrique par prime à l’achat. Mais la vente de véhicules électriques reste très faible. Le partage de la voiture électrique en ville (système Autolib) a un impact limité sur la pollution de l’air par le faible nombre de voitures en usage : à Paris l’objectif affiché de 10 utilisateurs par jour pour 4000 véhicules diminuerait le trafic urbain de 3% environ. On est loin des 50% réclamés par certains organismes luttant pour la qualité de l’air!

Henri-Bismuth-3

Et s’il y avait une solution plus radicale…

Imaginons une flotte de petites voitures vous prenant où vous êtes et vous menant où vous voulez, par exemple de chez vous à votre travail, de porte à porte: un petit véhicule pour une seule personne (80% des voitures en ville ont seulement le conducteur), sans avoir à chercher de parking, en payant très peu et en plus sans aucune pollution. Ce système peut être mis en place rapidement et avec des moyens tous existants et économiques. Nous l’avons appelé : “Transport Urbain Public Individuel” (TUPI). Les véhicules électriques de petite taille ont un conducteur et prennent un seul passager. Ils sont appelés par une icône pré payée sur un portable GPS qui attribue le véhicule circulant le plus proche. Les véhicules circulent en permanence sans stationnement dans la ville. Ils stationnent et se chargent la nuit dans les parkings publics. Il est sûr que pour diminuer la pollution de 50% il faut des flottes importantes de véhicules pour une offre rapide et offerte à un grand nombre: 1500 véhicules pour une ville comme Nice, Lyon, Marseille, beaucoup plus pour Paris : près de 15 000 voitures. Ce système est économique en terme de coût passager (3 euros coût moyen du trajet) ; en terme d’énergie (2 euros par jour). Il est écologique (0% pollution dans la ville). Il génère des emplois : 3,1 emplois par véhicule (pour 1500 véhicules il génère 4650 emplois en grande majorité jeunes). Il n’y a aucun interdit: tous les modes de transport sont autorisés et on offre un service de substitution à la voiture thermique particulière dont seule l’attractivité ferait délaisser cette dernière.

Jusqu’à présent un seul obstacle a été opposé : la crainte des taxis car il est sûr que ce système entre en compétition avec les taxis bien qu’il soit limité à un transport d’un seul passager (cette limitation est introduite pour laisser pour laisser place aux taxis). Pourtant le déficit en taxis ou équivalents est criant dans une ville comme Paris, comparé à Londres ou New York (3 contre 11 et 12).

Voilà où on en est. D’un côté médecins, experts, associations, dénonçant l’influence nocive de la pollution de l’air dans les villes où est concentrée la population du pays, de l’autre les Autorités qui hésitent à prendre quelque mesure de grande envergure. Mais l’enjeu est important actuellement: sanitaire en premier mais aussi financier si on pense aux pénalités demandées par les instances européennes qui en fait a elles seules pourraient couvrir les frais du système que nous proposons.

La ville appartient aux citoyens. Sil y a une mesure efficace pour améliorer leur condition de vie et de transport, il leur appartient d’exiger qu’elle soit étudiée de façon approfondie et appliquée si elle prouve son efficacité.

Pr. Henri Bismuth, Président Honoraire de l’Académie Nationale de Chirurgie

2017-04-08T07:24:34+00:00 20 March 14|La parole à ...|