Comprendre la mondialisation, à l’heure de la vie urbaine (EN, FR)

Today, globalisation can be found at the heart of hotly-debated issues throughout our society. Fundamental choices are now coming to the fore in numerous countries, including France, in relation to this idea. A source of “free trade, unfair competition and the absence of borders”, bearing the threat “of mass immigration” as it was put by Ms Marine Le Pen, who is using this interpretation to form a platform for her political and social plans.
In an “essay” for the Front National Jeunesse (Youth National Front) “Deconstructing cosmopolitanism “, the fight against cosmopolitanism is presented against a backdrop of a “universal outcome, (which) aims to usher in a global Village”. It is thus a matter of making the introduction of a sovereign State with its borders, culture, economy, currency, language, traditions and army the cornerstone of this struggle. The aim is to build a society in which “in many ways, it (is) more reasonable to wish that man be provided with a multiplicity of States which govern themselves according to their own principles”. This withdrawal into one’s own sovereign, independent State, bears all the hallmarks of mistrust, verging on “enmity”, with conflict as the driving force behind its expression, justified with the notion that “it is through enmity, either by the sword or discussion, that life finds expression”. A nation therefore ready to combat its neighbours, leading to a resurgence of an ever more confrontational spirit.
This vision eliminates any obligation for openness towards others, the individual from elsewhere, “the foreigner” “Do we have obligations towards someone from another nation, with whom we share no relationship, connection or, perhaps, even so much as a resemblance?” as “the other”, is no longer an alter ego but a competitor. Anyone whose every act becomes the very affirmation of their difference, becomes an enemy… And therein lies the heart of the platform for a programme of exclusion, of the rejection of the other, which is espoused by the Front National in France but has its equivalents elsewhere. This in turn has predictable results, neatly summarised in the utterance “France for the French” and with regards to Europe, “A Europe of Nations”, for a more effective deconstruction. The “flow of migrants” is presented as the first threat, thereby justifying the implementation of national borders. This is an opportunistic argument, an attempt to inflame the emotional intelligence “of a French Homeland” faced with “threats of being overrun” statements whose baseless and manipulative nature is revealed by simply consulting migration statistics in their entirety. (INSEE, Analysis of migratory movements between France and other countries between 2006 and 2013).
In reality, this is not logic corresponding to any specific period in our history, where the present-day imbalances in the Middle East are concerned. This is a matter of principle based on the belief that it is within a Nation State hemmed in by its borders that one forges the art of enmity towards others, whether they be near or distant, on the interior or exterior. As also beware of those who, having come from elsewhere, have already breached our borders… The enemy is among us, and must be hunted out.

Therein lies the logical conclusion, and a farewell to Liberty, Equality, Fraternity, Democracy, Blend, Mixture, Diversity… The Republic would become no more than a hollow term, a campaign sound bite, to better “express life by means of the sword or discussion”, and the grandeur of France a deceitful pretext to draw men and women into “enmity” towards the other. Assimilation, Love France or leave and other statements which merely serve to negate the other, becoming common parlance. How could we fail to be surprised that the author of this text, a philosophy teacher and regional secretary of the “FN Jeunesse”, could subsequently be a standard-bearer of openly eugenics-based, supremacist and racist theses?

The reality of the 21st Century world we live in is altogether different: the world has become urban but this adventure is one which was born over 10 centuries ago! It has now gained a form of expression as throughout the world, the ubiquity common to recent decades has created a proximity between people, in which languages, cultures and different ways of life have intermingled. Physical distances have shrunk due to the simplicity of travel. In under a day and a half at the most, and for a very low price, we can reach absolutely any urban location on the planet.
To brand the fight against “cosmopolitanism” as an ideological means of rearming national borders is quite simply to conflict with what our century represents and the future which is being written before our very eyes for the decades to come. But even more seriously, it is to misunderstand our own history and also that of good old France, as, in truth, this is something which has been constructed since time immemorial. In fact, globalisation is an urban issue, which harks back to the first appearance of the city itself.

In this regard, it is enlightening to read the wonderful article by Thierry Dutour, a teacher at the Sorbonne and Middle Ages historian, “Globalisation, an urban adventure. From the Middle Ages to “globalblabla””: one of the central features of his assertion is, in fact, the appearance in around the 8th-9th Centuries and the, predominantly spontaneous, development of a new type of urbanisation. This constitutes, in the context of an economic life based on free market exchange, the means of addressing the need for market places and places for the production of manufactured goods which has dominated Latin Europe since the Middle Ages, and then communities outside Europe subjected to its influence from the 15th Century onwards. Therefore, not only is globalisation an urban adventure, but it is also one which began over ten centuries ago. In reality, world markets have existed since the 10th Century. If they hadn’t have existed, it would have been inconceivable that, in around the year 900, one could buy spices from India in Francfort-sur-le-Main, or that, at the beginning of the 15th Century, the Republic of Venice, which possessed no gold mines, minted 1,200,000 gold ducats, the equivalent of 4 tons of fine gold. Since the 13th Century at the latest there has prevailed international private, commercial and in particular maritime law, recognised and applied by the jurisdictions of different States. The trade liberalisation seen from the 18th Century onwards was a return to a prior state of affairs; rather than the condition, it was the consequence of the trade boom; it followed on both from the boom (which continued in spite of the limitations political figureheads attempted to impose) and an increased awareness of its usefulness. The evolution, of course, was not linear, but as a rule it was the outbreak of wars which hampered its progress, which is nothing new. As for the evolution of the role of cities in the production of manufactured goods, this is now a major concern, as the link between a city and industry is changing, but this is not without precedent: in one way or another, since the 8th – 9th Centuries, but always in a changing fashion, cities have remained the privileged centres of production.
Often, globalisation is not named so that we might understand it, but instead so that we might tackle or contemplate a means of combating it.”

We are now obliged to try and understand how the emergence of a metropolitan, megapolitan and hyper-metropolitan reality, of global cities, of world – cities, and an urban world which has gravitated towards Asia and in Africa, has completely overturned our 20th Century reference points.
It is not the “Great Replacement” or other “theories” used to justify the hatred of outsiders that will enable us to analyse the complexity of the new relationships which are being formed between cities, people and those transforming Nation States. Europe is not at risk of an invasion or being overrun. It is not even unchecked migratory flows which represent a threat to the balance of the French population. What is truly at stake is the ability of our urban centres, home to 4/5ths of the French population and representing 20% of its territory, to create value, remain attractive, develop a culture of innovation and new consumer-producer pathways, which will allow for the reinvention of territories, the rural world and their surrounding areas. Moving from a Jacobin, centralising Republic towards an urban, metropolitan Republic firmly rooted in Europe, promoting the alliance of territories, to create employment, have zero unemployment areas and combat exclusion as a means of defeating poverty… That is the real challenge that lies ahead.

La mondialisation, présenté aussi comme la globalisation, se trouve aujourd’hui au cœur des débats de notre société. Des choix fondamentaux se présentent aujourd’hui dans des nombreux pays, dont la France, autour de cette idée. Matrice du « libre-échange, de la concurrence déloyale, de l‘absence de frontières », porteuse d’une menace « d’immigration massive » pour reprendre les phrases prononcées par Mme Marine Le Pen, qui fait de cette interprétation, le socle de son projet politique et de société.
Dans un « essai » du Front National Jeunesse « Déconstruire le cosmopolitisme », la lutte contre le cosmopolitisme, est présentée contre « une perspective universelle, (qui) a pour ambition d’instituer une Cité à l’échelle mondiale ». Il s’agit alors de faire de la mise en place d’un Etat souverain avec ses frontières, sa culture, son économie, sa monnaie, sa langue, ses traditions, son armée, la clé de son combat. Le but est de bâtir une société dans laquelle « à bien des égards, il (soit) plus raisonnable de souhaiter pour l’homme la multiplicité des États qui se gouvernent selon leurs principes propres ». Ce renfermement dans son Etat souverain, indépendant est porteur d’une méfiance, devenant « inimitié », du conflit comme moteur de son expression, en la justifiant « car c’est dans l’inimitié, par le glaive ou le discours, que s’exprime la vie ». Une Nation donc prête à combattre d’autres nations autour d’elle, d’où cette mise en valeur toujours guerrière.
Cette vision dédouane alors de toute obligation d’ouverture vers autrui, celui venu d’ailleurs, « l’étranger ». « A-t-on alors des obligations envers celui qui vient d’une autre patrie et avec qui l’on n’entretient aucune relation, aucun rapport ni, peut-être, ressemblance ? car « l’autre », n’est plus un alter ego mais un concurrent. Celui par qui tout acte donne lieu à la propre affirmation de sa différence, devient un ennemi… Voilà donc le cœur d’un socle donnant lieu à un programme d’exclusion, de rejet de l‘autre, celui du Front National en France mais où l’on trouve son équivalent ailleurs. Il se décline ensuite sous toutes ses composantes, résumé dans cette expression « La France aux Français » et s’agissant de l’Europe, « L’Europe des Patries », pour mieux la démolir. Le « flux de migrants » est brandi alors comme la première menace, justifiant ainsi la mise en place de frontières nationales. Il s’agit d’un argument d’opportunité, pour faire flamber l’intelligence émotionnelle « de la Maison France » à la lueur des « menaces de submersion » dont rien que les statistiques migratoires dans son ensemble prouvent l’inanité et caractère manipulateur de tels propos. (INSEE, L’analyse des flux migratoires entre la France et l’étranger entre 2006 et 2013).
En réalité, ce n’est pas une logique correspondant à une période précise de notre histoire, si nous nous référons aux déséquilibres actuels au Moyen Orient. Il s’agit d’une question de principe basée sur la croyance que c’est à l’intérieur d’un Etat Nation entourée de toutes ses barrières que se construit l’art de l’inimitié face aux autres, qu’ils soient proches ou lointains, à l’intérieur ou à l’extérieur. Car aussi gare alors à ceux, qui venus d’ailleurs sont déjà à l’intérieur de ses frontières… L’ennemi est parmi nous, il est indispensable le chasser…

Voilà la logique qui en découle, et adieu donc Liberté, Egalité, Fraternité, Démocratie, Brassage, Mixité, Diversité… La République ne devient qu’un mot creux, de campagne, pour mieux « exprimer la vie par le glaive ou le discours », et la grandeur de la France un prétexte fallacieux pour façonner les hommes et les femmes dans « l’inimitié » vers l’autre. L’assimilation, La France on l’aime ou on la quitte et d’autres propos qui ne sont que la négation de l’autre, devient des propos courants. Comment ne pas s’étonner que l’auteur de ce texte, professeur de philosophie et l’un des secrétaires départementaux du « FN Jeunesse », ne soit pas par la suite porteur des thèses ouvertement eugénistes, suprématistes et racistes ?

La réalité de notre monde au XXIème siècle est bien différente : le monde est devenu urbain mais c’est une aventure qui remonte dans sa naissance à plus de 10 siècles ! Elle a pris aujourd’hui une forme d’expression car partout dans le monde, l’ubiquité propre à ces dernières décennies a créé une proximité entre les humains, où les langues, cultures et manières de vivre différente s’emmêlent. Les distances physiques se sont raccourcies par la facilité à se déplacer. En moins d’une journée et demi au plus et à très bas prix, nous pouvons rejoindre n’importe quel lieu urbain de la planète.
Brandir la lutte contre « le cosmopolitisme » comme arme idéologique pour réarmer les frontières nationales est tout simplement aller à l’encontre de ce qui est notre siècle et l’avenir qui se dessine sous nos yeux pour les prochaines décennies. Mais encore plus grave, c’est méconnaître le passé de notre propre histoire y compris de notre vieille France, car c’est en réalité une construction qui a lieu au travers de tous les temps. En effet, la mondialisation est une affaire urbaine, qui remonte à la genèse même de l’apparition de la ville.

A cet égard il est instructif de lire le magnifique article de Thierry Dutour, enseignant à la Sorbonne, historien du Moyen âge, « La mondialisation, une aventure urbaine. Du Moyen Âge au « globalblabla » » : l’un des aspects majeurs de son affirmation est, en effet, l’apparition depuis les 8e-9e siècles et le développement, dans une large mesure spontanée, d’une urbanisation d’un type nouveau. Celle-ci constitue, dans le cadre d’une vie économique animée par des échanges marchands libres, le mode de réponse au besoin de lieux de marché et de lieux de production d’objets manufacturés qui a dominé depuis le haut Moyen Âge l’évolution de l’Europe latine, puis celle des mondes extra européens atteints par son influence depuis le 15e siècle. Ainsi, non seulement la mondialisation est une aventure urbaine, mais c’est une aventure commencée depuis plus de dix siècles. Il existe, en réalité, des marchés mondiaux depuis le 10e siècle. S’ils n’existaient pas, on ne comprendrait pas comment on peut, vers 900, acheter à Francfort-sur-le-Main des épices venus de l’Inde, ni pourquoi, au début du 15e siècle, la République de Venise, qui ne possède pas de mines d’or, frappe tous les ans dans ses ateliers monétaires 1 200 000 ducats d’or représentant 4 tonnes d’or fin. Il existe depuis le 13e siècle au plus tard un droit international privé, commercial et maritime en particulier, reconnu et appliqué par les juridictions des différents États. La libéralisation des échanges à partir du 18e siècle est un retour à une situation antérieure ; elle n’est pas la condition, mais la conséquence de l’essor des échanges ; elle procède à la fois de cet essor (qui s’est poursuivi en dépit de toutes les limitations que des pouvoirs politiques ont prétendu imposer) et d’une prise de conscience de leur utilité. L’évolution, certes, n’a pas été linéaire, mais au total ce sont surtout les guerres qui l’ont entravée et cela n’a rien d’une nouveauté. Quant aux évolutions du rôle des villes dans la production d’objets manufacturés, elles attirent l’attention aujourd’hui, car le rapport entre ville et industrie change, mais elles ne sont pas sans précédent : d’une façon ou d’une autre, depuis les 8e-9e siècles, mais d’une façon toujours changeante, les villes restent des lieux de production privilégiés…
Bien souvent, la mondialisation n’est pas nommée pour qu’on puisse la comprendre, mais pour l’apprivoiser ou pour envisager de la combattre. »

Nous sommes aujourd’hui à devoir comprendre comment l’émergence du fait métropolitain, mégalopolitain et hyper métropolitain, des villes globales, des villes – monde, avec un monde urbain qui a basculé vers l’Asie et en Afrique, a changé la donne de nos repères connus au XXème siècle.
Ce n’est pas le « Grand remplacement » ou autres « théories » justificatrices de la haine de l’étranger qui permettent d’analyser la complexité des relations nouvelles qui se tissent entre les villes, les hommes et qui transforment les Etats Nation. Ce n’est pas d’une invasion ou d’une submersion que l’Europe est menacée. Ce n’est pas non plus sous un flux migratoire déferlant que l’équilibre de la population française est enjeu. Le vrai enjeu est dans la capacité de nos centres urbains, où 4/5 ème de la population française habite et qui représente 20% du territoire, à créer de la valeur, à être attractifs, à développer une culture de l’innovation et à développer de nouveaux circuits de consommation- production, qui lui permettent de ré inventer les territoires, la ruralité et la proximité. Aller d’une République jacobine et centralisatrice vers une République urbaine, métropolitaine, totalement acrée dans l’Europe, porteuse d’une alliance des territoires, qui permette de créer des emplois, d’avoir des territoires zéro chômage, et de lutter contre l’exclusion pour abattre la pauvreté…Voilà le vrai enjeu à venir.

2017-05-30T16:21:49+00:00 26 April 17|Actualités, Articles (english), Ville de demain|