Moving Beyond the Smart City (EN, FR)

To coincide with the opening of the Smart City Forum – Live in a Living City in Bordeaux on 3 April, Professor Carlos Moreno talked to us about his vision of the connected, empowering city and outlined his thoughts on how to approach urban change in the 21st century.

photo3

Growing cities face considerable challenges, including rising populations, higher energy demands and costs, greater social inequality and economic insecurity, shrinking budgets as a result of economic crisis, dwindling fossil resources, and an increase in media pressure. The global population has now reached seven billion and, for the first time in the history of humanity more than 50% of people live in cities, rising to 77% in Europe.

There has also been increase in primary needs – for food, health, climate, mobility, etc. – which means we have to find new solutions in rapidly-changing situations where nature is under ever greater threat.

We’re also living through a ubiquitous digital revolution; there are currently 5 billion connected devices around the world, and that number is set to triple by 2020. The instant communication made possible by this ubiquitous revolution, and the strength of mesh internet networks and the internet of things, has given rise to a sea change in the way people relate to each other, regardless of their habits and customs, or where they live on the planet. In short, new technology is having a deep and lasting impact on our daily lives and immediate environment.

But we need to do more than talk about the smart city. We need to take a closer look at urban life, as it is lived by citizens, to understand how it’s changing, and to respond to this change in a way that brings everyone on-board. The smart, human city has never been more relevant, and there are five areas we need to focus on in the future:

photo2

No. 1: meeting the needs of citizens

Meeting the needs of people living in cities, now and in the future, in an efficient, visionary but pragmatic way, based on three golden rules: “social inclusion, urban renewal and technological revolution.”

No. 2: living in a living city

This is about building a momentum that allows people to work together across the board. Cities are very fragile things. Their future is constantly under threat. The urban fabric is made up of lots of interdependent systems centred on the citizen.

We need to think about putting the city, social intelligence and technology at the service of citizens, and about resilience; we need to implement cross-functional practices to innovate and experiment with, and to explore, the relations that exist between the city’s public space, its infrastructure, and its public and private development needs, within the wider urban development landscape, whatever the size of the urban area – from small agglomerations to large metropolises.

No. 3: Promoting urban “vitality”

We need to turn the public space into a melting pot where people from different backgrounds can work together on innovative social initiatives and achieve a clean break with the past. But how?

“Urban vitality” is the convergence of the “living city”, its infrastructure and services, on the one hand, and civic initiatives on the other; we need to build the capacity of citizens to get involved by providing them with places to talk and discuss ideas and to create things, in partnership with “Smart Citizens” – an essential component of its success. Each city also has its own “urban vitality”, its own rhythm, and its own social, economic, political, cultural and geographical context.

No. 4: Transforming the citizen

This is about socially inclusive urban intelligence, which involves transforming the citizen into someone who’s involved in the life of their city, now and in the future.

A city’s inhabitants are different, diverse, often changeable and open to influence; followers of “fashion”, they are products of their contexts and life situations, which lead them to develop in different ways and, depending on the circumstances, either to marginalize themselves, to respond passively to situations, to feel socially excluded, or to reject what is going on around them, sometimes in an extreme way, or, on the contrary, to be players in a particular aspect of their city; these people are hyper-present, hyperactive, closely involved, and between these extremes there are a thousand shades of grey. So it’s really important to generate a movement – a “proactive citizen” state of mind – that allows them to build, experience and develop a sort of interactivity between them and their city. You can already see it in expressions and movements like “live your city”, “change your city” and “your life, your city”, which promote “inclusive urban vitality”.

photo1

No. 5: Driving “ambient intelligence”

The emergence of “ambient intelligence” and, as a consequence, the connected citizen, is the product of the ubiquitous digital revolution – the 21st century revolution.

The digital revolution is a worldwide phenomenon. It began a long time ago, with the advent of meshed communication and internet networks, which in turn gave rise to communicating things. The ubiquitous revolution is so powerful because things, initially technological things, have been transformed into social things. As a result, they have helped create the services that are transforming our lives and cities.

What we’re seeing is the convergence of the physical or real world and the virtual world. It empowers citizens again to become players connected in real time. No longer simple Internet consumers, they are becoming its main players. Among those who decide to use their connectivity to create social links, a new form of participation-based social expression is emerging. This gives these social citizens (who are sometimes anonymous), connected through photos, tweets or status updates, a power that moves from the virtual to the real when they express opinions about the life of the city, thereby creating a strong civil counterforce. Pressure is put on leaders practically in real time, and whistle-blowers respond instantly to events, creating unprecedented multiplier effects with sometimes unpredictable social consequences.

This new era of reverse cyberspace is beginning to impact on our own lives, and rather than the simple connectivity of things and users, it has become, in a hybrid form, part of our daily lives.

The ambient intelligence concept first and foremost helps us invent and reinvent the uses and services which are transforming urban life. Everyone can help develop public services through social networks, and it’s likely that new ways of living are going to emerge. We’re also experiencing a revolution of form which is calling into question hierarchical and vertical systems.

Energy networks and the vital need to develop the renewable or even post-carbon city means that sustainable development needs to play a central role in the lives of its citizens. The city of the future – which we’re building day in day out – will also be influenced by the vital need to optimize and pool resources.

That’s why I’m deeply commitment to the concept of the living city, which goes much further than the smart city, mainly because it’s human and empowering.

photo3

La ville en se développant doit faire face à de nombreux défis : augmentation de population, des besoins énergétiques, précarité économique, écarts sociaux, réduction des budgets à une époque de crise, coûts énergétiques en hausse, diminution des ressources fossiles, pression médiatique, etc. Aujourd’hui, la planète a dépassé les 7 milliards d’habitants et, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, plus de 50 % de la population vit dans des villes ; en Europe le chiffre atteint 77 %.

De nouveaux besoins vitaux s’imposent sur le plan alimentaire, sanitaire, climatique, de la mobilité, etc., exigeant de nouvelles réponses dans ces contextes de forte évolution, où la nature se trouve plus que jamais menacée.

Parallèlement, nous vivons au XXIe siècle à l’époque de la révolution numérique ubiquitaire : le monde a dépassé le chiffre de 5 milliards d’appareils connectés et, en 2020, ce chiffre devrait avoir triplé. Les relations entre les personnes, indépendamment de leurs habitats, us et coutumes et de la région de la planète où elles vivent, se sont vues profondément modifiées par l’instantanéité des échanges permise par cette présence ubiquitaire, par la puissance des réseaux maillés de l’Internet et celui des objets… Les nouvelles technologies impriment profondément et durablement leur marque dans l’environnement immédiat de la vie quotidienne de chacun.

Mais Il ne suffit pas de parler de ville intelligente car nous devons avant nous immerger dans la profondeur de la vie citoyenne et urbaine, pour comprendre ses mutations et agir en conséquence de manière transverse. Plus que jamais la ville intelligente et humaine est à l’ordre du jour avec 5 impératifs.

photo2

Impératif n°1 : répondre aux besoins des citoyens

Répondre de manière efficace, visionnaire et au même temps pragmatique aux besoins d’aujourd’hui et de demain des citadins avec le triptyque indispensable : «l’inclusion sociale, la ré invention urbaine, les révolutions technologiques».

Impératif n°2 : Vivre dans une ville vivante

Il s’agit de la nécessité de développer une dynamique collaboratrice et transverse. La ville est très fragile. Elle est exposée en permanence à toutes sortes de risques qui affectent son devenir. Un grand nombre de systèmes interdépendants constituent le tissu urbain au centre duquel se situe le citadin.

La réflexion sur l’urbain, l’intelligence sociale et la technologie au service du citadin, sur la résilience, exigent des pratiques transversales afin de pouvoir innover, expérimenter, explorer les relations qui existent entre l’espace public de la ville, ses infrastructures, ses besoins de développement publics et privés, dans le cadre d’une évolution urbaine quelle que soit la taille des villes, petites agglomérations ou grandes métropoles.

Impératif n°3 : Promouvoir la « vitalité » urbaine

Comment développer un espace public de brassage, mixité et collaboratif générateur des initiatives sociales innovante voire disruptives ?

La « vitalité urbaine », est la convergence de la «ville vivante avec ses infrastructures et services d’une part, et des initiatives citoyennes d’autre part, pour lesquelles il est nécessaire de créer des capacités participatives au travers d’espaces d’échange, de discussion, de création, avec des citadins, ces indispensables « Smart Citizens ». La « vitalité urbaine » est aussi propre à chaque ville chacune avec leur propre rythme, dans des contextes sociaux, économiques, politiques, culturels, géographiques, etc. différents.

Impératif n°4 : Transformer le citoyen lui-même

Il s’agit de l’intelligence urbaine socialement inclusive ; transformer le citadin lui-même, afin d’être acteur de la vie d’aujourd’hui et de demain.

Les citadins sont eux-mêmes dissemblables, divers, souvent changeants, influençables, succombant aussi aux effets de « mode » et sont le produit de contextes et de situations de vie qui les ont fait évoluer de manière différente, en les conduisant selon les circonstances soit à se marginaliser, à être passifs, à ne pas se sentir socialement inclus, voire à s’exprimer en terme des refus parfois extrêmes ou au contraire à être les acteurs d’un aspect ou d’un autre de leur ville, à être hyper-présents, hyperactifs, fortement impliqués, et entre ces extrêmes existent de multiples nuances et facettes. Il est alors essentiel de créer un mouvement, un état d’esprit « la volonté du citadin actif », qui permet au citadin de construire, vivre, développer l’interactivité entre lui-même et sa ville. On le voit au travers las actions telles « vis ta ville », « change ta ville », « ta vie est la ville», « tu es la ville », expressions et actions qui accompagnent cette « vitalité urbaine inclusive ».

photo1

Impératif n°5 : Promouvoir l’intelligence ambiante

C’est le produit de la révolution du XXIe siècle, la révolution numérique ubiquitaire : l’avènement de l’« intelligence ambiante » et avec elle, du citadin connecté.

La révolution numérique est en marche à travers l’ensemble de la planète. Celle-ci a démarré il y a déjà longtemps avec l’installation des mailles serrées des réseaux de communication et d’Internet, auxquelles sont venus s’ajouter celles des objets communicants. La puissance de la révolution ubiquitaire vient du fait que les objets, initialement technologiques, se sont transformés en objets sociaux. Ils ont ainsi participé à la création de services qui transforment nos vies et nos villes.

Il s’agit de la convergence du monde physique ou réel et du monde virtuel. Les utilisateurs se réapproprient leur rôle de citoyen et deviennent des acteurs connectés en temps réel. Ils ne sont plus de simples consommateurs d’Internet, ils en sont devenus les protagonistes. Parmi ceux qui décident d’utiliser leur connectivité en créant un lien social, émerge une nouvelle forme d’expression sociale de nature participative. Ainsi, les citoyens sociaux connectés, parfois anonymes, par le biais d’une photo, d’un tweet ou d’un statut, acquièrent une force qui, lorsqu’il s’agit de s’exprimer sur la vie de la cité, dépasse la frontière entre monde virtuel et réel et engendre un puissant contre-pouvoir civil. La pression sur les dirigeants s’exerce pratiquement en temps réel et les lanceurs d’alerte vivent dans l’actualité réactive immédiate, en créant des effets multiplicateurs inédits aux conséquences sociales parfois imprévisibles.

Cette nouvelle ère du cyberespace inversé prend corps dans nos vies, dépassant la simple connectivité des objets et de l’utilisateur pour s’hybrider à notre quotidien.

Le concept de l’intelligence ambiante nous amène à pouvoir ainsi inventer et réinventer d’abord les utilisations et services qui transforment la vie urbaine. Au travers des réseaux sociaux, tout en chacun pourra contribuer à l’élaboration de services publics, et il probable que de nouvelles manières de vivre surgissent. Nous assistons également à une révolution dans les formes, les systèmes hiérarchisés et verticalisés sont aussi remis en question.

Les réseaux énergétiques et l’émergence indispensable de la ville durable, post carbone même exigent aussi que le développement durable soit placé au cœur de la vie citadine. La ville du futur, que nous construisons jour après jour, est guidée également par la nécessité impérative d’optimiser et de mettre en commun les ressources.

C’est le sens profond de mon engagement autour du concept de la ville vivante, bien au-delà de la ville intelligente car avant tout humaine et citoyenne.