Ville et Numérique : au-delà de la Data (EN, FR)

The City and the Digital Age: beyond Data
Depletion of resources, global warming, population growth, urban concentration, an increase in the number of megacities, shifts in the major global economic balances, and so on. The extent of the challenges relating to the urban phenomenon, which ours and later generations will have to face, is well established. At a time when many stakeholders are promoting the Smart City as a possible answer to this critically important problem, it seems appropriate to remind ourselves of what a city is and ask questions about the immense possibilities that technology, and digital technology is currently opening itself up to.

Ville et Numérique : au-delà de la Data
Raréfaction des ressources, réchauffement climatique, explosion démographique, concentration urbaine, augmentation du nombre de mégapoles, bouleversement des grands équilibres économiques mondiaux… L’ampleur des enjeux liés au phénomène urbain auxquels notre génération et celles qui vont suivre vont devoir faire face n’est plus à démontrer. A l’heure où nombre d’acteurs mettent en avant la Smart City ou ville intelligente comme une réponse possible à ce problème d’importance cruciale, il paraît opportun de rappeler ce qu’est une ville, et de s’interroger sur les immenses possibilités que la technologie, notamment numérique, ouvre pour elle aujourd’hui.

The city is a major topic in today’s urbanized and fully evolving world. Nevertheless, when we look at reality, the City does not exist in absolute terms, because it steps aside in favor of cities, which, from the north to south and the east to west of our vast planet, are born, grow, transform and even die. When reflecting on the subject of the city, the essential starting point must therefore be to recognize that each city has its own history and territory, which forge its identity and turn it into a unique entity.

Another essential characteristic of the city to highlight is its complexity.  The city is an aggregation of human beings whose vital needs, of fulfilment and development, intersect in multiple ways. On the one hand, it must satisfy its needs in order to grow: the function of every city is to satisfy the basic needs of its inhabitants and their quest for their well-being. On the other hand, it is subject to several risks that make it fragile: storms, power cuts, fires, attacks, epidemics, etc. The city must be resilient. In other words, it must be able to overcome these hazards.

Accordingly, when thinking about the city, an approach based on complexity science has to be adopted. In order to understand the in-depth reality of the various phenomena in our everyday life, such as population movements, energy supplies, raw material flow management, transport and traffic, the impacts of climate change, natural disasters, all kinds of crisis situations, and so on, it is necessary to study and understand the interactions, interconnections and networks between the various entities. Within a city, there is a huge range of needs, uses, services and flows: food, housing, environment, education, culture, transport, health, security, energy, waste, communications, etc. Modelling, analyzing and understanding them as part of a cross-functional dynamic leads to another way of designing solutions for the city. Digital technology plays a major role in this process of transformation and action.  While it is essential to move away from any technocentric approach to think about the city in all of its complexity, we must nevertheless strongly emphasize the role that technology will have to play, and already plays, in the cities of the 21st century.

In the 21st century, humanity has for the first time simultaneously experienced four major technological revolutions: digital, bio systemic, robotic and nano technological. These revolutions have brought new challenges that it is today crucial to reflect upon. The digital revolution, in particular, is profoundly changing the urban phenomenon throughout the world. This dimension therefore leads us to add a new element that qualifies the city of the 21st century – ubiquity, or the ability to benefit from technological connections anytime, anywhere, all of the time.

A truly global capillary mesh is coming to life, based on the use of “smart devices” by ubiquitous, mobile and hyper-connected citizens. We’re also being presented with a constantly moving mass of data. The city itself is being shaped by this revolution. Technology is therefore undeniably a lever for transforming human lives. However, while it is important to emphasize these facts, they are not enough to explain what is special about the ubiquitous revolution. What is important is not the data itself or that objects have become technological objects, but rather that they have become social objects, giving rise at the same time, on a global scale, to a social culture of digital people – in other words, social data. These 21st century objects integrate 3 components: technical, know-how and social.  This hybridization between the physical, social and digital world offers us new and powerful capabilities in everyday actions. It also carries with it an enormous potential to transform urban life, since it allows us to leave the physical world in order to reinvent it, through the digital world and the social use that is made of it, by offering entirely new uses and services.

Uses are consequently being reinvented by hybridization. The role of platforms in this hybridization process should also be emphasized. Platforms are systems that make it possible to aggregate, enrich, recreate and contextualize information, but it is through them in particular that uses and features can be redesigned and embodied. They are spaces for aggregation and encounters in which the physical, digital and social worlds converge, and are places in which uses are understood differently. For example, with platforms dedicated to urban mobility, cars are no longer thought of as objects as such, but as instruments, among others, of transport. Platforms spawn a culture of the indispensable back-and-forth movement between social life and the physical world by means of the digital world, with hybridization increasing the possibilities and social immersion turning them into a reality.

Transport on demand, car-sharing, multi-modal transport, decentralized energy, the use of heritage resources, urban public meeting places, personalized public health-care, a better quality of life for the third and fourth ages, mass online education, open cultural, art and leisure spaces, a participatory democracy under transparent systems of governance, and collaborative information systems: these are a few examples of services that are currently emerging, and that will shape tomorrow’s city into a vibrant city, combining urban intelligence, social inclusion and technological innovation; examples of ubiquity offering citizens new spaces for living so that urban spaces deliver better living conditions, in keeping with a real policy of public interest and common good, whose data must be one of its central pillars.

La ville constitue un sujet majeur dans notre monde actuel, un monde urbanisé et en pleine mutation. Néanmoins, lorsqu’on se tourne vers la réalité, force est de constater, que la Ville dans l’absolu n’existe pas, car elle s’efface au profit des villes, qui du nord au sud et de l’est à l’ouest de notre vaste planète, naissent, croissent, se transforment et même meurent. Le point de départ essentiel de toute réflexion sur la ville doit ainsi se situer dans la reconnaissance du fait que chaque ville possède une histoire et un territoire qui lui sont propres, qui forgent son identité et en font une entité unique.

Autre caractéristique essentielle de la ville qu’il faut souligner, sa complexité.  La ville est une agrégation d’êtres humains dont les besoins vitaux, d’épanouissement et de développement se croisent de multiples manières. D’une part, elle doit satisfaire ses besoins pour croître : toute ville a pour fonction de satisfaire les besoins vitaux de ses habitants et leur quête de bien-être. D’autre part, elle est soumise à un certain nombre d’aléas qui la rende fragile : tempêtes, pannes, incendies, attentats, épidémies etc. La ville doit donc être résiliente, c’est-à-dire être capable de surmonter ces aléas.

D’où la nécessité d’adopter, pour penser la ville, une approche par les sciences de la complexité. Pour comprendre la réalité profonde de phénomènes de notre vie courante aussi variés que les mouvements de populations, les approvisionnements énergétiques, la gestion des flux en matières premières, le transport et la circulation, les impacts du changement climatique, des catastrophes naturelles, les situations de crise de tout type etc., il est ainsi nécessaire d’étudier et de comprendre les interactions, interconnexions et réseaux entre les diverses entités. Dans une ville, il existe en effet une multiplicité de besoins, d’usages, de services, de flux : l’alimentation, l’habitat, l’environnement, l’éducation, la culture, les transports, la santé, la sécurité, l’énergie, les déchets, la communication etc. Les modéliser, les analyser, les comprendre dans une dynamique transverse conduit à une autre manière de concevoir des solutions pour la ville. Dans cette démarche de transformation et d’action, le numérique joue un rôle majeur.  S’il est essentiel de se démarquer de toute approche technocentriste pour penser la ville dans toute sa complexité, il nous faut néanmoins souligner avec force le rôle que la technologie sera amené à jouer, et joue déjà au sein des villes du XXIème siècle.

Le XXIème siècle fait vivre à l’humanité pour la première fois, quatre révolutions technologiques majeures en simultané : numérique, biosystémique, robotique et nanotechnologique. Ces révolutions font naître de nouveaux enjeux auxquels il est aujourd’hui crucial de réfléchir. La révolution numérique, notamment, est en train de modifier profondément le phénomène urbain de par le monde. Cette dimension nous amène ainsi à ajouter un nouvel élément qui qualifie la ville du XXIème siècle, l’ubiquité ou la capacité à bénéficier d’une connexion technologique à tout moment, en tout lieu, en permanence.

Un véritable maillage capillaire planétaire est en train de prendre vie, reposant sur l’usage des « smart devices » par des citoyens ubi, mobi et hyper connectés. C’est aussi une masse de données en mouvement constant qui se présente à nous. La ville elle-même est façonnée par cette révolution. La technologie est ainsi, incontestablement, un levier de transformation des vies humaines. Mais s’il est important de souligner ces faits, ils ne suffisent cependant pas à expliquer ce qui fait la spécificité de la révolution ubiquitaire. L’important n’est pas la data en elle-même ou que les objets soient devenus des objets technologiques, mais bien qu’ils soient devenus des objets sociaux, faisant naître du même coup, à l’échelle mondiale, une culture sociale de l’homme numérique,… la data sociale. Les objets du 21ème siècle intègrent ainsi 3 composantes : technique, de savoir-faire et sociale.   Cette hybridation entre le monde physique, social, et le monde numérique, nous offre de nouvelles et puissantes capacités d’action quotidienne. Elle porte également en elle un potentiel énorme de transformation de la vie urbaine, puisqu’elle permet de partir du monde physique pour le réinventer, par le biais du monde numérique et de l’usage social qui en est fait, en proposant des usages et des services entièrement nouveaux.

Ainsi les usages sont aujourd’hui réinventés par l’hybridation. Il convient en outre de souligner le rôle que jouent les plateformes dans ce processus d’hybridation. Les plateformes sont des systèmes qui permettent d’agréger, d’enrichir, de récréer, de contextualiser des informations, mais c’est surtout par leur biais que les usages et les fonctionnalités peuvent être repensés et incarnés. Véritables espaces d’agrégation et de rencontres dans lesquels convergent les mondes physiques, numériques et sociaux, les plateformes sont des lieux où l’on appréhende autrement les usages. A travers les plateformes dédiées à la mobilité en ville par exemple, la voiture n’est plus pensée comme un objet propre, mais comme une fonctionnalité, parmi d’autres, pour se déplacer. Les plateformes font ainsi naître une culture de l’aller-retour indispensable entre la vie sociale et le monde physique par le biais du monde numérique, l’hybridation permettant d’augmenter les possibilités, et l’immersion sociale de les concrétiser.

Transports à la demande, auto-partage, mobilité multimodale, énergies décentralisées, valorisation du patrimoine, espaces publics urbains de convivialité, santé publique personnalisée, meilleure qualité de vie pour le troisième et le quatrième âge, éducation de masse en ligne, espaces ouverts de culture, d’art et de loisirs, démocratie participative sous des systèmes de gouvernance ouverts, systèmes d’information collaboratifs… : voilà quelques exemples de services qui sont en train de naître aujourd’hui, et qui feront la ville de demain une ville vivante, combinant l’intelligence urbaine, l’inclusion sociale et l’innovation technologique. Des exemples dans lesquels l’ubiquité offre au citoyen de nouveaux espaces de vie, pour que l’espace urbain lui apporte de meilleures conditions de vie, en accord avec une véritable politique du bien public, de bien commun, dont la data doit être l’un de ses piliers.