Sustainable development and the challenges it poses to our cities and our lives (EN, FR)

To mark the latest UN General Assembly, the United Nations Sustainable Development Summit defined 17 objectives for a sustainable planet. In an increasingly urban world, what challenges face our cities? Read on for Professor Moreno’s analysis.

ONU-developpement-durable-2

Scarcity of resources, global warming, the demographic explosion, growing urban populations, more and more metropolises, global transformations in the economic balance of power… the extent of the challenges related to the urban phenomenon, which our generation and the generations that follow us are going to have to face, is there for everyone to see. After last week’s United Nations Sustainable Development Summit, this seems a good time to examine the impact of sustainable development on our lives and our cities.

In the space of a century, from 1950 to 2050, the world’s urban population will have increased from 1,500 million to almost 10 billion. And between 2000 and 2050, no fewer than 3 billion people all over the planet will have moved to live in cities. We are in the middle of a transformation: in less than 100 years, the world’s population has gone from being 70% rural to 70% urban. But we also know that urban environments are responsible for 70% of the world’s greenhouse gas emissions, as the IPPC has repeatedly warned. In 2013, for the first time, the level of greenhouse gases generated by human activity rose above the fatal threshold of 400 ppm, the point at which pollution begins to seriously endanger the future of humanity. Urban environments account for 2/3 of automobile ownership, and at least 80% of dwellings and office buildings – the three major factors in CO2 emissions and air quality deterioration.

Governance: more awareness is necessary

We’re also living through a new geopolitical trend: the growing power of the city. Cities – those aggregations of men and women in a certain geographic space where they share certain lifestyles and services which respond to their needs – are becoming increasingly powerful on all kinds of levels – political, economic, cultural and social – and this power extends well beyond their immediate territorial sphere of influence. This is an irreversible trend, and it will drive structural transformations whose effects are going to make themselves felt over the coming 50 years.

It’s now essential that central governments wake up to the impact of this transformation that’s taking place before our eyes. New models for consultation and decision-making have to be found. Cities find it easy to equip themselves with the tools they need for the challenges they encounter: scientific councils, sustainable development laboratories, consultation ecosystems, urban diplomacy, networks of cities, development agencies with international reach, best practice forums… there are all kinds of initiatives. Some cities generate more wealth than entire countries do, and to be the mayor of one of these cities is to have at one’s disposal reservoirs of dynamism and creativity that many government ministers can only dream of. The decisions taken in our cities every day have an effect on our future and the future of coming generations. Each of these decisions will have an impact on the issues facing us not only today, tomorrow and the day after tomorrow, but also in 2050, when 70% of the world’s population will live in cities.

Resilience – a crucial concept

To talk of sustainable urban development first and foremost means to become aware of the intrinsic fragility of cities. This vulnerability is an essential dimension in our understanding of the city, which is constantly subject to all kinds of tensions – not only environmental, but social, economic, territorial and cultural too. Urban fragility must not be understood only in terms of exposure to major risks such as natural catastrophe, technology meltdown or industrial hazards. The complexity of cities, urban expansion, the growth in needs that must be met, but also the fractures visible in the social fabric, have exposed a new and rapidly growing form of urban vulnerability.

This is why I constantly insist on the importance of resilience as one of the five challenges facing the cities of tomorrow, along with the environmental, social, economic and cultural. Five challenges that we can overcome with three powerful levers: social innovation, reinvention of urban infrastructure, and the technology revolution – and the digital revolution in particular.

The citizen at the centre of the city

The 21st century is an age of ubiquity, of multitudes, of social media and instant access to information. It’s essential, then, that we create new conditions for each city to develop its own identity and cultivate a strong sense of belonging, offering the socio-economic, cultural, ecological and technological elements that make it a more attractive place. Now more than ever, we have to mobilize citizens to develop their relations with local government and get them involved in actions that affect their local ecosystems: mobility, energy, safety, use of public space, the local economy, culture, leisure, heritage and the pride it elicits, appropriation of green spaces and biodiversity, increased efficiency in water resources, improved air quality etc. – and everything else that helps improve quality of life.

The involvement of citizens in these areas, using powerful 21st-century technology, will also promote the acceptance of unavoidable urban transformations. This will be the role of hyper-proximity networks, the new, locally rooted generation of social media that works to improve the daily lives of people at neighbourhood and municipal level. The launch of the Smart City+ platform at the Cube in Issy-les-Moulineaux on 1 October is the result of cooperation under the aegis of the “Digital City” programme of Investissements d’Avenir, and a good example of the transformations already underway.

More than ever, we have to create conditions for urban development founded on improved community living, the respect for democracy and the encouragement of citizen participation. The guiding principle in this new orientation has to be the construction of a living city, with priority to lifestyle and services and innovation on every front. But mobilization must not be a sporadic thing, confined to spikes in urban pollution or grand international meetings. It has to be permanent, for the vulnerability of the city is intrinsic to its development.

Raréfaction des ressources, réchauffement climatique, explosion démographique, concentration urbaine, augmentation du nombre de métropoles, transformation des grands équilibres économiques mondiaux… l’étendue des défis liés au phénomène urbain, auxquelles notre génération et celles qui vont nous suivre vont devoir faire face, se manifeste sous nos yeux avec intensité. Alors que la communauté internationale, qui s’est réunie à New-York la semaine dernière pour le sommet du développement durable des Nations Unies, se mobilise, il me semble opportun de rappeler l’impact de cette thématique sur nos villes et sur nos vies.

En l’espace d’un siècle, entre 1950 et 2050, la population urbaine mondiale va passer de 1.500 millions de personnes à près de 10 milliards. Entre 2000 et 2050, ce ne sont pas moins de 3 milliards de personnes qui s’installeront dans les villes partout sur la planète. Nous vivons ainsi le changement, en moins de 100 ans, d’un monde composé à 70% de ruraux à un monde urbanisé à 70 %. Mais nous savons aussi que les espaces urbains participent à hauteur de 70 % à la production des émissions de gaz à un effet de serre, comme l’IPPC l’a largement signalé. Pour la première fois, en 2013, l’activité humaine a ainsi généré un taux de gaz à effet de serre qui dépasse le seuil fatal des 400 ppm, au-delà duquel la pollution met sérieusement en danger l’avenir de l’humanité. Or les régions urbaines rassemblent plus de 2/3 de la mobilité automobile et au moins 80% des habitations et des bâtiments tertiaires – les trois grands facteurs d’émissions de CO2 et de dégradation de la qualité de l’air.

Gouvernance : une nécessaire prise de conscience

Nous assistons par ailleurs à une nouvelle tendance géopolitique, la montée en puissance des villes. Les villes, ces agrégations d’hommes et de femmes sur un territoire donné qui partagent un certain nombre d’usages et de services venant répondre à leurs besoins, sont devenues des acteurs politiques, économiques, culturels, sociaux, et ce bien au-delà de leur sphère d’influence territoriale. Cette évolution irréversible se traduit par des transformations structurelles, qui vont impacter les 50 années à venir.

Il devient indispensable que les pouvoirs centraux étatiques prennent conscience de l’impact de cette transformation qui s’opère sous nos yeux. Des nouvelles approches dans la concertation et la prise de décision sont à inventer. Les villes construisent avec agilité des outils à la mesure des défis qu’elles rencontrent : conseils scientifiques, laboratoires de développement durable, éco-systèmes de concertation, diplomatie urbaine, réseaux des villes, agences de développement tournées vers l’international, plateformes d’échanges de bonnes pratiques… les initiatives foisonnent. Etre maire d’une grande ville, parfois génératrice d’un PIB supérieur à celui d’un Etat, peut être à l’heure actuelle une fonction porteuse d’un dynamisme et d’une créativité plus importante que celle de ministre. Les décisions prises chaque jour dans les villes concernent en effet notre avenir et celui des générations futures. Chacune d’entre elles aura un impact majeur dans les problématiques qui seront à traiter non seulement aujourd’hui, demain et après-demain, mais également en 2050, quand 70% de la population mondiale sera urbanisée.

La résilience, une notion cruciale

Parler d’un développement durable urbain implique avant tout de prendre conscience de la fragilité intrinsèque des villes. Cette vulnérabilité est une dimension essentielle pour comprendre la ville, qui est traversée de manière permanente par des tensions non seulement environnementales, mais aussi sociales, économiques, territoriales et culturelles. La fragilité urbaine ne doit pas uniquement être entendue dans le sens d’une exposition à des risques potentiels plus importants (catastrophes naturelles et technologiques, risques industriels). La complexité des villes, l’urbanisation croissante, l’accroissement des besoins qu’il faut satisfaire, mais également les diverses fractures socio-économiques visibles dans le tissu social,  mettent en évidence une nouvelle forme de vulnérabilité urbaine, elle-même en pleine évolution.

C’est la raison pour laquelle j’insiste régulièrement sur l’importance de la notion de résilience, qui constitue indiscutablement l’un des cinq défis de la ville de demain, au même titre que les défis environnementaux, sociaux, économiques et culturels. Cinq défis que nous pourrons relever à l’aide des trois leviers puissants que sont l’innovation sociale, la réinvention des infrastructures urbaines et les révolutions technologiques, notamment la révolution numérique.

Le citoyen au centre de la ville

En cette période massivement ubiquitaire qu’est le XXIème siècle, à l’âge de la multitude, des réseaux sociaux et de l’information instantanée, il est en outre indispensable de créer de nouvelles conditions pour développer une identité propre à chaque ville, avec une notion d’appartenance forte, en développant des manifestations socio-économiques, culturelles, écologiques et technologiques qui renforcent son attractivé. Plus que jamais, il est indispensable de mobiliser le citoyen pour développer ses relations avec la gouvernance locale et l’impliquer dans les actions majeures de l’éco-système de son territoire : gestion de la mobilité, défis énergétiques, sécurité, utilisation des espaces publics, économie de proximité, culture, loisirs, richesse et fierté de son patrimoine, appropriation des espaces verts et de la biodiversité, valorisation des ressources en eau, amélioration de la qualité de l’air… et tous les composants inhérents à l’amélioration de la qualité de vie.

L’implication citoyenne, en s’appuyant sur les outils technologiques puissants du 21ème siècle, devrait ainsi permettre de faire accepter et d’accompagner les grandes évolutions urbaines incontournables. C’est le rôle que sont appelés à jouer les réseaux d’hyper-proximité, la nouvelle génération des réseaux sociaux qui, enracinés dans le territoire, aident à améliorer la vie quotidienne des habitants au niveau du quartier ou de la commune. Le lancement, ce 1er octobre, de la plateforme Smart City+ au Cube d’Issy-les-Moulineaux, issue d’un travail collaboratif soutenu par le programme “Ville Numérique” des Investissements d’Avenir, est un bon exemple de cette mutation en cours.

Plus que jamais, nous devons établir les conditions d’un développement urbain fondé sur un meilleur vivre-ensemble, le respect de la démocratie et l’incitation à la participation citoyenne. Le fil conducteur de cette démarche doit être la construction d’une ville vivante, en donnant la priorité aux usages et services et en innovant sur tous les fronts. La mobilisation, en outre, ne peut être épisodique, à l’occasion des pics urbains de pollution ou d’une réunion internationale solennelle. Elle doit être permanente, car la vulnérabilité de la ville est intrinsèque à son développement.